Sont-ce des druides ou des expa­triés de l’île de Pâques qui ont érigé ces sculp­tures aussi étranges que monu­men­tales (certaines font près de 5 mètres de long !) au cœur de la région des Combrailles, sur un ancien site préhis­to­rique ?

Sur près de 7 kilo­mètres, on chemine entre les arbres noueux et les pierres mous­sues. Un véri­table jeu de piste, jalonné par une ving­taine de sculp­tures taillées dans la pierre volca­nique. On s’égare, parfois ; à l’ins­tar de nos ancêtres celtes, on se plaît à croire que les roches marchent, respirent, se cachent. Mais on retrouve le chemin, en suivant les signes des pierres qui jalonnent le parcours.

Pour rassu­rer ceux qui redoutent la force des esprits, ces sculp­tures sont l’œuvre d’un artiste qui vit à quelques enca­blures de là, Gilles Perez, à qui on doit cette scéno­gra­phie digne du Seigneur des anneaux, et égale­ment l’idée d’un plan de réin­ser­tion impliquant des personnes employées à mi-temps tout au long de l’an­née.

Mais chut ! N’ébrui­tez pas ce secret, vous pour­riez réveiller les esprits, par Touta­tis !

Vincent Jadot