Entrez, prenez place dans la maison de Gulli­ver et obser­vez bien ce qui se passe derrière les vitres sans tain… Assis autour d’une chambre percée de fenêtres, équi­pés de casques d’écoute pour entendre ce qui se passe à l’in­té­rieur, les spec­ta­teurs sont capti­vés par les exploits de Gulli­ver à Lilli­put. Grâce au dispo­si­tif inven­tif et aux jeux de lumières, trois comé­diens et une cinquan­taine de figu­rines minia­tures donnent vie au héros capturé par les lilli­pu­tiens. Pour créer ce spec­tacle immer­sif, le réali­sa­teur-metteur en scène Karim Bel Kacem a utilisé des tech­niques de cinéma. À la manière d’un studio, la boîte de jeu où se déroule l’ac­tion est traver­sée de flash-back, le temps présent de la narra­tion et celui des aven­tures passées s’en­tre­mêlent pour faire revivre avec inten­sité l’œuvre de Jona­than Swift. 

Blan­dine Dauvi­laire