À dix ans, Jack porte déjà de grosses respon­sa­bi­li­tés sur ses épaules. C’est lui qui s’oc­cupe de Manuel, son petit frère, lui qui gère le quoti­dien, les absences de sa mère Sanna et l’inexis­tence des pères des garçons. 

Sanna l’a mani­fes­te­ment eu trop tôt. Et surtout, elle ne s’est pas réso­lue à aban­don­ner sa vie de jeune femme, faite de fiesta tardives, d’amants d’un soir et d’ab­sences impré­vues. Sanna est surtout en quête de l’homme de sa vie, et ce ne sont pas ses fils qui peuvent s’y oppo­ser. 

Dépas­sée, débor­dée, elle décide donc de placer Jack dans un foyer. Mais il ne s’y fait pas et préfère encore l’er­rance et l’in­cer­ti­tude mater­nelles au désa­mour de l’ins­ti­tu­tion. Sauf que Sanna a dispa­ru… 

Témoi­gnage du quoti­dien diffi­cile d’un garçon de dix ans très dégourdi, ce film tourné à sa hauteur ne condamne pas, mais tente de faire parta­ger ce que ressent un enfant ainsi soumis à des problèmes qui ne sont pas de son âge. Sans juger la mère, complè­te­ment centrée sur elle, mais aimante avec ses fils quand elle les rencon­tre… C’est juste­ment la rareté de leur coha­bi­ta­tion qui la fragi­lise, jusqu’à mettre en danger la vie de ses deux fils. Sans qu’elle ne s’en rende jamais compte. 

Véro­nique Le Bris