Un nouveau festi­val débarque à Lyon. Son nom : Fanzine camping. Son credo : propo­ser une grande fête DIY autour du dessin, du fanzine pour enfants et de la musique.

La nais­sance d’un nouveau festi­val dédié aux enfants est en soi une bonne nouvelle. Propo­ser un événe­ment nova­teur en est une bien meilleure ! Le festi­val Fanzine camping débarque à Lyon avec son esprit fron­deur, enjoué et parti­ci­pa­tif. Le dernier week-end de mai, il vous invite à une grande fête do it your­self autour du dessin, des fanzines et de la musique, à l’école Gilbert-Dru. 

À l’ori­gine de cet événe­ment figure un collec­tif d’une tren­taine de graphistes, dessi­na­teurs, éditeurs, impliqués dans la scène alter­na­tive des fanzines. «  Fanzine est un mot valise pour parler de ces livres objets que l’on fabrique par ses propres moyens. On s’y exprime très libre­ment, on expé­ri­mente sans contraintes commer­ciales. Les exem­plaires sont souvent distri­bués de la main à la main, dans un rapport presque intime. Ces dernières années ont émergé des fanzines dédiés aux enfants, souvent créés par des auteurs illus­tra­teurs, en paral­lèle de leur pratique profes­sion­nelle. Ce festi­val sera l’oc­ca­sion d’échan­ger autour de ces pratiques multiples, aux sensi­bi­li­tés diffé­rentes. Mais pour nous, il n’y a pas ceux qui savent faire et les autres. Notre idée est d’en­cou­ra­ger cette culture du fait soi-même. C’est la raison pour laquelle tout le monde est invité à contri­buer. Lors du festi­val, les enfants comme les parents (pourquoi pas même ensemble) pour­ront réali­ser leur propre fanzine et faire parta­ger ce qu’ils aiment  », précise l’édi­teur Sébas­tien Escande, bien connu de la scène lyon­naise alter­na­tive sous le nom de BARBAPOP. 

Parce que l’es­prit DIY traver­sera tout le festi­val, le parcours Fais ton fanzine propo­sera aux petits et aux grands de navi­guer dans une quin­zaine d’ate­liers. Des artistes vous accom­pa­gne­ront dans la réali­sa­tion de votre livre objet en vous permet­tant d’es­sayer de multiples tech­niques : impres­sion typo­gra­phique, calli­gra­phie, séri­gra­phie, dessin en relief, sans encre ni pein­ture mais avec des creux et des bosses… D’autres expé­ri­men­ta­tions créa­tives seront aussi propo­sées. Les enfants pour­ront fabriquer leur disque vinyle en carton avec sa pochette, parti­ci­per à un happe­ning de calli­gra­phie à l’eau sur bitume, s’adon­ner au tatoo sur la peau et même se défou­ler sur le mur des mots défen­dus, à condi­tion de les écrire en lettres pixels.

Du beau monde 

De nombreux invi­tés seront égale­ment présents pour parta­ger avec les petits visi­teurs et leurs parents leur indé­crot­table amour de l’image. Des repré­sen­tants de l’uni­vers du fanzine et de la microé­di­tion pour enfants présen­te­ront leurs publi­ca­tions, dont beau­coup ont la parti­cu­la­rité d’être décoif­fantes. Car ce qui anime leurs auteurs est souvent de sortir d’un certain confor­misme visuel. À décou­vrir notam­ment : Cuis­tax et Grilled Cheese, deux beaux fanzines belge et cana­dien réali­sés en riso­gra­phie, une tech­nique arti­sa­nale où les couleurs sont impri­mées l’une après l’autre. Mais aussi Biscoto, dont la plupart des contri­bu­teurs ont été formés aux Beaux-Arts de Bruxelles ou aux Arts déco de Stras­bourg. Le trimes­triel Georges, qui fait appel à de nombreux illus­tra­teurs et se démarque par son graphisme et son ton second degré, sera égale­ment de la fête. Comment ne pas mention­ner enfin la venue du collec­tif l’Ar­ti­cho, qui s’est fait un nom grâce à ses produc­tions imper­ti­nentes, au kitch assumé et réso­lu­ment protéi­formes (affiches, livres, fanzines, expos). 

La liste d’in­vi­tés ne s’ar­rête pas là. D’ex­cel­lents auteurs et illus­tra­teurs jeunesse répon­dront encore à l’ap­pel : Anouk Ricard, qui fait mouche auprès des enfants, Julie Colom­bet et son bestiaire d’ani­maux, Marie Novion, auteure des aven­tures de Panpi & Gorri, ou encore les talen­tueux Séve­rin Millet, Delphine Perret, Camille Jourdy, Benoît Audé et bien d’au­tres… Pour l’oc­ca­sion, des séances de dédi­caces origi­nales seront propo­sées. Le prin­cipe sera le troc. En échange d’une dédi­cace d’un auteur-illus­tra­teur, les enfants devront faire un dessin dans des fanzines vierges qui vien­dront complé­ter la collec­tion de Fanzine camping. Cette collec­tion de fanzines pour enfants sera d’ailleurs à décou­vrir et à dévo­rer tout au long du festi­val.

Mais pour que l’am­biance soit encore plus à la fête, des concerts, projec­tions et lectures complé­te­ront le programme. RadioMi­nus embarquera les mômes, le temps d’une boum, dans un voyage sonore des plus réjouis­sants mêlant tous les styles, toutes les époques, tous les pays. On nous promet aussi du cinéma préhis­to­rique hypno­tique. La Fabrik, à l’ori­gine de cet énig­ma­tique concept, a conçu une créa­tion origi­nale autour d’un texte destiné aux enfants avec des images et des sons. À décou­vrir égale­ment, le concert du déso­pi­lant Gregal­dur. Ce sale gosse venu de Cher­bourg fait jongler guitare, clavier et pédales de sample en ponc­tuant sa musique pop de borbo­rygmes. Un DIY d’homme-orchestre !

Aude Spil­mont