Armés de 300 briques de bois, les six acro­bates de la compa­gnie Lapsus trans­forment la scène en terrain de jeu. Dans une atmo­sphère qui évoque la guerre, ils érigent de fragiles édifices sur lesquels ils prennent appui, tentent de garder l’équi­libre avant que tout ne s’écroule à nouveau. De voltige en jonglage, la troupe sème son joyeux bazar et dégou­pille nos éclats de rire. Mais le plus fort reste à venir : sur un sol recou­vert de 800 coquilles d’œufs, l’un des aven­tu­rier se fraye un chemin en mono­cycle. Tenta­tive périlleuse qui engendre forcé­ment quelques craque­ments jubi­la­toires. Quel talent !

Blan­dine Dauvi­laire