Depuis 10 ans, la compa­gnie Baro d’Evel invente des spec­tacles où les corps en mouve­ment cherchent un point d’équi­libre, où les animaux côtoient les hommes, où la beauté est liée à la fragi­lité de l’ins­tant. Des œuvres qui ne se racontent pas mais se vivent inten­sé­ment. Bestias, sa nouvelle créa­tion, n’échap­pera pas à la règle.

Blan­dine Dauvi­laire