Cet été, voyez la vie en rose et décou­vrez un pan méconnu de l’his­toire lyon­naise. Alors qu’en mai dernier, le congrès mondial de la Société des roses a fait irrup­tion en terres lyon­naises, le musée Gadagne nous dévoile les liens étroits qui unissent la ville à la reine des fleurs. Venez décou­vrir en famille, durant tout l’été, une belle expo­si­tion qui retrace l’his­toire passion­nante de la rose et son épopée lyon­naise. Le musée se met à hauteur d’en­fants en leur propo­sant deux parcours. Les petits y plon­ge­ront avec pour fil conduc­teur un conte onirique mis en images par un illus­tra­teur (pour les 5–10 ans). Les plus grands mène­ront l’enquête avec un livret-jeu spécia­le­ment conçu pour eux (8–12 ans). Cons­truite sous forme de séquences, l’ex­po­si­tion dresse d’abord le portrait de la rose, appa­rue il y a des millions d’an­nées, comme en témoigne la présence d’un fossile. Elle raconte ensuite la fabu­leuse histoire des rosié­ristes lyon­nais qui, au 19e siècle, créèrent 70 % de la produc­tion mondiale de nouvelles roses. Décou­vrez les coulisses de cette renom­mée dont l’ori­gine est liée à l’im­pé­ra­trice José­phine. Partez avec vos enfants à la rencontre des plus grandes dynas­ties de culti­va­teurs de roses lyon­nais, à l’ins­tar de la famille Guillot à qui l’on doit la première rose hybride au monde. Des photos des frères Lumière, des archives person­nelles, des outils nous font toucher du doigt ces histoires fami­liales. Les enfants pour­ront aussi percer les secrets des diffé­rentes étapes de créa­tion d’une nouvelle rose. Le saviez-vous ? Six à neuf années sont néces­saires pour conce­voir une fleur unique par sa forme, sa couleur et son parfum. Au total, pas moins de 300 dessins, manus­crits, objets d’arts et vidéos sont à décou­vrir tout au long de ce parcours, qui illustre magni­fique­ment les conni­vences entre la rose et les beaux-arts et prouve que Lyon demeure la capi­tale de la créa­tion de varié­tés. En fin de parcours, réga­lez-vous avec la lecture sur un grand mur des multiples expres­sions qu’ins­pire la reine des fleurs : « ça ne sent pas la rose », « décou­vrir le pot aux roses », « la rose des sables »… 

 

Aude Spil­mont