Des plants de légumes devant une petite échop­pe… 3 Ptits Pois sur l’en­seigne, c’est le nom de cette drôle d’épi­ce­rie. Julien et Olivier n’ont pas cher­ché à jouer la carte rétro du commerce d’an­tan. Peu d’ar­ti­fices dans le déco­rum, l’am­biance est celle d’une réserve, avec un petit bar pour la touche convi­viale. Ici le produit est roi : des  graines, des huiles, de la farine, du vin… l’es­sen­tiel est bio, équi­table, local et présenté en vrac. Pas de promo flash, de packa­ging fluo ou bigarré, le client vient avec ses propres boîtes en carton récu­pé­rées, ses bocaux pour limi­ter tout embal­lage éphé­mère. Plus ludique que les cadeaux bonus, les enfants peuvent jouer à l’épi­cier et remplir eux-mêmes leur sac en lais­sant s’égrai­ner leurs céréales préfé­rées comme si elles s’échap­paient d’un sablier.

Le plus éton­nant se trouve ailleurs : cette épice­rie en cache bien d’autres, près d’une ving­taine ! Où donc ? Dans la cave des voisins ou sur votre palier. Les deux compères ne se contentent pas de tenir leur petit commerce, ils ont créé des micro­ma­ga­sins. Mieux que l’épi­ce­rie de quar­tier, l’épi­ce­rie de palier. Ils trans­forment la cave, le garage de votre immeuble, en épice­rie auto­gé­rée entre amis, entre voisins.

3 Ptits Pois s’oc­cupe de ravi­tailler, les cogé­rants notent ce qu’ils consomment, pour que chacun à la fin du mois paye son dû. La devise de la maison : « un p’tit pois pour moi, un grand pas pour l’hu­ma­nité ».

Vincent Jadot