Fraî­che­ment ouvert en février dernier à Lyon, Lili­bri­cole est direc­te­ment inspiré de l’ate­lier pari­sien du même nom qui fait un carton (il compte 5 000 adeptes) .Dans un esprit simi­laire aux ateliers de cuisine qui font aujourd’­hui florès, les ateliers Lili­bri­cole proposent de s’ini­tier en douceur et de façon convi­viale aux petits travaux de la maison. Plus de 30 cours d’une 1h30 (en petit groupe) sont propo­sés autour du brico­lage pratique et de la déco­ra­tion : je pose mon papier peint, je pose mon carre­lage, le BA-BA de la plom­be­rie, de l’élec­tri­cité, je relooke un meuble, j’ap­prends à faire des patines déco (tade­lakt, chaux…), j’agence mon espace façon feng shui. Ces ateliers pour­suivent un triple objec­tif : ne plus avoir peur des pinceaux ou des perceuses, se récon­ci­lier avec le plai­sir du fait soi-même, et répondre à des préoc­cu­pa­tions écono­miques. Chan­ger une prise élec­trique n’est, en effet, pas si compliqué, alors que le dépla­ce­ment d’un élec­tri­cien peut rendre la facture salée. Chez Lili­bri­cole, des ateliers de 3 heures sont aussi ouverts aux enfants, afin de leur faire décou­vrir en s’amu­sant des tech­niques de menui­se­rie ou de déco­ra­tion. Chaque séance a son thème : je crée un nichoir à oiseau, je réalise mes propres magnets, je fabrique un tableau d’af­fi­cha­ge…

 

Aude Spil­mont