Ils sont 13 au total, tous sortis de l’école Émile-Cohl. En 2006, ces dessi­na­teurs créaient un collec­tif nommé L’Ar­bi­traire, pour plan­cher sur des projets communs et trou­ver un terrain d’ému­la­tion. En janvier dernier, ils ont accou­ché du 9e numéro de leur très chouette revue Arbi­traire qui a reçu le prix 2011 de la BD alter­na­tive d’An­gou­lême. Vendue seule­ment 8,50 €, cette revue de 144 pages de BD et d’illus­tra­tions s’est déjà fait une belle petite répu­ta­tion. On peut même la trou­ver à New York, Londres ou Berlin.

Elle est aussi dispo­nible à l’ate­lier rue de Créqui, qui accueille d’ailleurs bien volon­tiers les amateurs de BD et de graphisme. Le collec­tif propose aussi à la vente des affiches et séri­gra­phies, ainsi que sa collec­tion Prompt de petits livres de BD (4 €). Chacun des membres du collec­tif a aussi ses projets person­nels. Tel Antoine Marcha­lot qui a parti­cipé à un ouvrage collec­tif chez Glénat (Contes & merveilles du prin­temps) ouVincent Pianina qui a édité 10 petits insectes chez Sarba­cane. Mais l’au­toé­di­tion leur permet aussi d’oser des projets un peu fous et de donner libre cours à des bulles de libre expres­sion.

 Aude Spil­mont