C’est à partir d’une goutte de sang absor­bée par un mous­tique fossi­lisé que John Hammond et son équipe ont réussi à faire renaître une dizaine d’es­pèces de dino­saures.