Bien­ve­nue au magni­fique mais isolé Hôtel Tran­syl­va­nie, construit par le comte Dracula pour que Mavis, sa fille adorée, y pousse à l’abri des dangers exté­rieurs, c’est-à-dire des humains. Juste­ment, la jeune fille a déjà 118 ans, l’âge de la majo­rité chez les vampires, et son père a prévu une fête excep­tion­nelle pour célé­brer cet événe­ment. Tous les monstres de légende, le loup-garou, Fran­ken­stein, l’homme invi­sible, la momie, etc. sont conviés à profi­ter de la nuit. Ils ne redoutent qu’une seule chose : qu’un humain s’in­filtre. Mavis, elle, ne rêve que de parcou­rir le monde. Juste­ment, Johnny, un voya­geur au long cours, est entré par hasard dans le château. 

Enfin un dessin animé qui manie les vampires avec humour ! Cette histoire d’amour filial légè­re­ment trans­gres­sif est très amusante, stimu­lante même, car elle rallie un grand nombre de person­nages mythiques que les enfants s’amu­se­ront à recon­naître ou à décou­vrir. En inver­sant les rôles, c’est-à-dire en faisant de l’hu­main, l’étran­ger malvenu, mal perçu, c’est à une joyeuse histoire qui mise avec malice sur le déca­lage auquel les jeunes spec­ta­teurs vont assis­ter. Contrai­re­ment à l’uni­vers gothique dépres­sif de Tim Burton, la vie est ici amusante, porteuse d’es­poir et d’op­ti­misme. Et cela fait du bien ! 

Véro­nique Le Bris.