Culture, loisirs, éduca­tion… : l’actu et les bons plans de la rentrée.

Au CINÉMA

Le remake de la Fourmi :

Quitte à contre­dire La Fontaine, la Fourmi est prêteuse. Elle a durant des années partagé son amour du cinéma avec plusieurs géné­ra­tions de spec­ta­teurs. Après 38 ans de bons et loyaux services, le rideau sur l’écran est tombé en 2012. C’était fina­le­ment une happy end, puisque ce petit cinéma d’art et d’es­sai rouvre, sous la houlette de l’Ins­ti­tut Lumière qui a promis de garder l’es­prit presque mythique des lieux, en le réno­vant tech­nique­ment. La salle a gagné des fauteuils et propo­sera 5 séances quoti­diennes dans chaque salle, pour une dizaine de films diffu­sés chaque semaine. Côté program­ma­tion, elle restera fidèle à l’es­prit du lieu. V. J.

Cinéma La Fourmi, 68, rue Pierre Corneille, Lyon 3e. Réou­ver­ture le 9 septembre.

 
 

ART CONTEMPORAIN

Docks Art Fair, version junior :

C’est devenu un rituel. Tous les deux ans, en septembre, Docks Art Fair (la FAR* pour les intimes) fait son grand retour, en réson­nance avec la Bien­nale d’art contem­po­rain de Lyon. Instal­lée à la Confluence, cette foire d’art contem­po­rain s’est impo­sée grâce à la rigueur de sa sélec­tion. Grande nouveauté cette année, le format foire sur trois jours se prolonge par trois semaines d’ex­po­si­tions. Autre bonne nouvelle, cette 5e édition innove avec un parcours enfants, en parte­na­riat avec le maga­zine Georges. Doré­na­vant, les petits visi­teurs se verront remettre un livret péda­go­gique pour accom­pa­gner leur visite. Cons­truite sur le prin­cipe du tandem une gale­rie/un artiste, Docks Art Fair mettra en lumière plus d’une ving­taine d’ar­tistes émer­geants ou confir­més. Les plus jeunes appré­cie­ront les photo­gra­phies d’El­len Kooi aux mises en scène savam­ment orches­trées ; les œuvres de Robert Suer­mondt réali­sées à partir de coupures de presse, qui recom­posent la réalité de façon sensible et pictu­rale, ou encore le travail sur bois avec feuille d’or et acry­lique de Clara Cornu. Quant à Whils, street-artiste portu­gais, il est reconnu comme l’un des plus créa­tifs de sa géné­ra­tion. A. S.
* Foire d’art contem­po­rain.

Docks Art Fair, http://dock­sart­fair.com. Du 10/09 au 4/10. 
> Visites Docks Art Fair x Georges, les dimanches 20 et 27 septembre et 4 octobre à 11h (durée : 30 à 45 mn). Réser­vée aux enfants de 7 à 12 ans avec ou sans leurs parents. Tarif : 3 à 5 €. Sur réser­va­tion à [email protected]­dock­sart­fair.com

 

ÉDITION

Des pépites dans la poche :

Un format carte postale, des couver­tures reloo­kées façon ultra­gra­phique, l’ex­cel­lente collec­tion Petite Poche des Éditions Thierry Magnier fait peau neuve. Avec un prix encore plus doux, 3,90 €, 5 nouveau­tés et 10 réédi­tions. Les textes ? Parlons-en : courtes, inci­sives et ancrées dans notre époque, ces pépites sont à mettre dans toutes les poches (de 7 à 77 ans.) Comment ne pas se réga­ler à la lecture des Trois Cara­mels capi­taux ? Cette fable savou­reuse, née de l’ima­gi­na­tion fertile de Jean-Claude Mour­le­vat, raconte l’his­toire d’un homme simple et honnête qui arrive devant saint Pierre après son dernier souffle. Il est sûr d’avoir gagné sa place au para­dis, mais voilà que saint Pierre lui rappelle qu’à l’âge de sept ans, il a volé trois cara­mels mous. À dévo­rer aussi, parmi les nouveau­tés, La Gelée d’été, signée Mathis. Un été, alors que la télé vient de brûler, deux jeunes garçons vont devoir apprendre à vivre sans et décou­vrir des plai­sirs simples. C’est subtil et tendre. À lire égale­ment, Pas de problème de Susie Morgens­tern, à la plume toujours aussi alerte pour faire ressen­tir les émotions de ses person­nages. A. S.

Collec­tion Petite Poche – Éditions Thierry Magnier, www.editions-thierry-magnier.com

 
 

VILLE DE LYON

Musées et biblio­thèque à volonté :

La ville de Lyon lance une nouvelle carte culture, qui donne accès à l’en­semble des services de prêt de la biblio­thèque et à 6 musées muni­ci­paux (MAC, Beaux-Arts, Gadagne, CHRD, musées de l’Im­pri­me­rie, de l’Au­to­mo­bile). À 38 euros par an, cette formule s’avère avan­ta­geuse pour les parents, l’ac­cès à ces struc­tures cultu­relles restant gratuit pour les enfants. La carte culture permet égale­ment de béné­fi­cier de tarifs réduits dans des grandes salles lyon­naises de spec­tacles ou au Comœ­dia. Pour les 18/25 ans, le tarif jeunes est à 15 euros. A. S.

La carte culture, + d’in­fos sur www.lyon.fr/page/accueil/la-carte-culture.html