Appel à toutes les patrouilles de gour­mands : juste en face de la caserne de pompiers, préci­pi­tez-vous tous au Pimpon Café. On ne vient pas là pour flam­ber, l’am­biance est plutôt courte échelle et petite sirène. Il y fait bon s’ar­rê­ter pour une pause cartable avec les enfants ou un déj’ entre amis. Rien de clinquant, une déco vintage, déli­cieu­se­ment régres­sive, avec la touche Soleil Levant de Keiko, qui offi­cie en salle et en cuisine. Elle a tout prévu, même le rehaus­seur et la table à langer, pour les mini­gour­mets. Les artistes ont même le droit de dessi­ner à la craie sur le bar !
Diffi­cile de résis­ter aux cookies aux Smar­ties (1 €) comme au géné­reux sand­wich, le Burger­sand, pour les ogres grands ou petits. Le midi, Keiko propose un plat unique entre 6,50 et 8,50 €. Un détail de taille, le pain frais est pétri par son mari, qui tient une boulan­ge­rie pas très loin. 

 Vincent Jadot