Chin­may est un jeune garçon de 11 ans. Après la muta­tion de sa mère, il débarque dans une petite ville côtière. Une nouvelle maison, une nouvelle école… Pour Chin­may, enfant sage et brillant, le choc est rude. Fragi­lisé par cette nouvelle vie et la mort de son père un an plus tôt, il peine à s’épa­nouir et à se faire des amis. 

Il va finir par y parve­nir et trou­ver un début d’équi­libre, qu’un évène­ment mineur va remettre en cause. Pour­tant, à la fin de l’an­née scolaire, Chin­may aura l’im­pres­sion d’avoir passé une des meilleures périodes de sa vie. 

Premier film d’un jeune réali­sa­teur indien, récom­pensé d’un prix au Festi­val de Berlin, La Forte­resse brille par la déli­ca­tesse et la justesse de son propos. 

Chin­may est un enfant atta­chant, sensible et intel­li­gent, mais éprouvé par les événe­ments fami­liaux et les errances profes­sion­nelles de sa maman. Doté d’un fort carac­tère qui l’in­cite à refu­ser toute conces­sion, il repré­sente aussi la classe moyenne indienne en plein déve­lop­pe­ment, dont il jouit des avan­tages tout en en subis­sant les incon­vé­nients. Si sa mère lui offre un vélo neuf, c’est juste­ment avec ce cadeau qu’il va se retrou­ver dans une situa­tion déli­cate. Mais égale­ment grâce à lui qu’il compren­dra qu’il faut parfois compo­ser pour garder ses amis… 

Véro­nique Le Bris