Adap­tée par Laurent Brethome pour le dernier festi­val d’Avi­gnon, l’his­toire de Riquet à la houppe a été réécrite pour l’oc­ca­sion par Antoine Herniotte. S’il est toujours ques­tion d’un prince très laid mais plein d’es­prit, d’une prin­cesse aussi belle que stupide et de sa sœur peu gracieuse mais pétillante d’in­tel­li­gence, la pièce pointe du doigt les codes impo­sés aux plus jeunes par la société. Une fois n’est pas coutume, elle laisse les person­nages prendre leur destin en main. L’uti­li­sa­tion du « live pain­ting » (pein­ture en direct), qui fait évoluer le décor sous nos yeux, apporte fraî­cheur et moder­nité à l’en­semble.

Blan­dine Dauvi­laire