Avis de bliz­zard sur le quai Auga­gneur fin novembre : les deux bateaux de l’opé­ra­tion Quais du départ recèlent une cargai­son d’aven­tures polaires.

Inutile de se vêtir à la mode esqui­maude. À bord, l’am­biance est chaleu­reuse. Quoi de plus normal lorsqu’on partage des récits de voyages avec des aven­tu­riers, des vrais. Parmi eux, la navi­ga­trice Isabelle Autis­sier vient conter son périple, par la route du Nord, avec comme second et coau­teur l’aca­dé­mi­cien au long cours Érik Orsenna.

Moins connu, mais tout aussi vaillant et passion­nant, un papa guide de haute montagne qui a offert un cadeau hors normes à ses deux fils : une esca­pade à ski et en traî­neau vers le Groen­land pour décou­vrir un endroit mythique, là où naissent les icebergs, dans le déver­soir du glacier Rasmus­sen. Un film, Iceberg en famille, retrace leur aven­ture.

Même loin des éten­dues glaciales, il ne faut pas avoir froid aux yeux, quand on emmène son mari et ses trois filles pour un tour du monde. C’est le défi qu’a relevé la photo-jour­na­liste Jérô­mine Deri­gny dans son film Nous ferons le tour de la Terre.

Ainsi, aven­tu­riers de rêves et rêveurs d’aven­tures se retrouvent autour d’un verre au bar des voya­geurs ou dans les cour­sives de la librai­rie éphé­mère. Les graines de flibus­tiers se donnent rendez-vous à l’ate­lier des mous­saillons pour s’amu­ser et se racon­ter leurs aven­tures mari­times.

Et si vous croi­sez à bord des nonnes tibé­taines, c’est tout à fait normal, elles sont à l’af­fiche de Semeuses de joie, le film de l’écri­vaine-voya­geuse-réali­sa­trice Caro­line Riegel. 

Vincent Jadot