Le frêne et l’oli­vier est issu d’une collecte de mémoire auprès de femmes berbères de Kaby­lie, ces igno­rées de l’His­toire restées dans leurs villages dans la tour­mente de la guerre.