Le TNP met à l’hon­neur deux pièces qui traitent de la famille et plus parti­cu­liè­re­ment des rela­tions entre père et fils :

Libre­ment adap­tée de la nouvelle de Guy de Maupas­sant, Le Papa de Simon est une fable sensible qui nous entraîne dans un village de campagne où un jeune garçon vit seul avec sa mère. Parce qu’il gran­dit sans père, l’en­fant devient le souffre-douleur de ses cama­rades de classe. Sa rencontre avec un forge­ron va faire naître chez l’un comme chez l’autre un senti­ment nouveau. En choi­sis­sant de repré­sen­ter Simon par une marion­nette de taille réelle et d’ac­com­pa­gner la narra­tion de musique jouée en direct, le metteur en scène Clément Mori­nière apporte une touche de poésie à cette histoire poignante. Les siècles ont beau passer, parler de la diffé­rence et de la cruauté qu’elle engendre reste une néces­sité. Dès 6 ans.

En s’ins­pi­rant de l’œuvre de Carlo Collodi, Didier Galas a décidé de racon­ter La Vérité sur Pinoc­chio. Seul en scène, ce comé­dien, danseur, marion­nette-marion­net­tiste ressus­cite le pantin de bois et le trans­forme en garçon coif­feur, puisque dans sa famille on est barbier de père en fils. Pas besoin de couper les cheveux en quatre pour comprendre que ce héros en quête de père tente de se construire contre vents et mensonges. Et si son nez s’al­longe parfois, c’est pour mieux comprendre de quel bois il est fait. Dès 7 ans.

– Le Papa de Simon : les 12, 16, 19 et 20/12. Durée 45 mn. 
– La Vérité sur Pinoc­chio : du 16 au 31/12. Durée 55 mn.
Au TNP, 8, place Lazare-Goujon à Villeur­banne. Tél. 04 78 03 30 00.
www.tnp-villeur­banne.com Tarifs : de 9 à 16 €.

Par Blan­dine Dauvi­laire