Dans un monde fabu­leux qui ressemble étran­ge­ment à la Terre, mais d’un point de vue qui nous échappe, le faune Mune a décro­ché la Lune et les ténèbres ont englouti le soleil. 
Rien ne va plus donc, dans ce monde merveilleux brusque­ment plongé dans l’obs­cu­rité. Afin de redon­ner vie et lumi­no­sité à cette planète en danger, les deux gardiens des astres, nouvel­le­ment élus, vont devoir faire preuve d’in­gé­nio­sité et d’en­traide pour y parve­nir. 
Heureu­se­ment, la fragile et érudite Cire va les y aider et contri­buer à déjouer leurs riva­li­tés pour que le jour conti­nue de succé­der à la nuit. 
Poétique et aven­tu­rier, le récit de ce dessin animé origi­nal est plein de ressources et répond sans aucun doute au ques­tion­ne­ment des enfants auxquels il s’adresse. 
Dommage que le graphisme de la plupart des person­nages soit si rugueux, leurs couleurs si criar­des… On finit par s’y habi­tuer, mais le propos méri­tait un design plus subtil, plus char­mant pour séduire complè­te­ment. La harpe lunaire animée de flocons blancs adorables et la figure de Cire échappent toute­fois à ce rendu agres­sif, inutile pour conter une aven­ture aussi jolie. 
Véro­nique Le Bris