Deux cham­pions du mime creusent une satire de l’ex­ploit spor­tif et des perfor­mances physiques.