Sur scène, les danseurs se mêlent aux grues de Mand­chou­rie et créent un dialogue en mouve­ment avec les vola­tiles, au coeur d’une scéno­gra­phie qui se plie et se déplie tel un origami.