Saviez-vous que certains animaux n’ont pas été accep­tés sur l’arche de Noé ? Les nestrians par exemple, des sortes de peluches à rayures parfois phos­pho­res­centes et qui produisent, en cas de panique, des gaz bleus nauséa­bonds. Dave et son fils Finny en sont des repré­sen­tants très sympa­thiques, mais leur bonté et leur volonté d’être comme les autres ne suffisent pas à les inté­grer au projet de Noé. Mena­cés par le déluge, ils usent de divers stra­ta­gèmes pour accé­der au fameux bateau et finissent par s’y hisser. Mais Finny et la jeune grymp (une espèce de carni­vore soli­taire) Leah en tombent acci­den­tel­le­ment… Leurs parents inquiets les retrou­ve­ront-ils ? Finny et Leah parvien­dront-ils à survivre ? 

Dessin animé initia­tique et à l’idée de départ plutôt origi­nale, Oups j’ai raté l’ar­che… tient très fidè­le­ment la promesse de son titre : un peu d’hu­mour, de l’aven­ture et un certain mauvais goût, tant dans le graphisme et dans le design des animaux que dans les dialogues. À vrai dire, ce récit aurait large­ment gagné à être densi­fié. Trop long, multi­pliant à l’envi les rebon­dis­se­ments inutiles, le film s’étire jusqu’à une fin atten­due, à la morale évidente. À conseiller aux enfants qui ont de l’em­pa­thie pour la diffé­rence et sont capables de tenir en place une longue heure et demie dans le noir. 

Véro­nique Le Bris