Arthur Ribo laisse le spec­ta­teur choi­sir les mots qui débutent ses impro­vi­sa­tions.