Composé durant l’hi­ver 1942 par Hans Krása et créé dans l’or­phe­li­nat juif de Prague peu avant sa dépor­ta­tion, l’opéra pour enfants Brun­di­bar devint l’œuvre la plus jouée du camp de Tere­zin. Portée par des mélo­dies simples et touchantes, cette fable opti­miste célèbre le triomphe de la justice sur la haine destruc­trice. Afin d’ache­ter du lait pour leur mère malade, deux enfants chantent dans la rue pour gagner un peu d’argent. Mais Brun­di­bar, le cruel joueur d’orgue de Barba­rie, les chasse de son terri­toire. Aidés par trois animaux et une bande d’éco­liers, les enfants ne se lais­se­ront pas faire. Mise en scène par Jeanne Candel dont c’est la première incur­sion dans le monde de l’art lyrique, l’œuvre inter­pré­tée par les jeunes chan­teurs de la maîtrise de l’opéra de Lyon est diri­gée par Karine Loca­telli. 

Blan­dine Dauvi­laire