La déchéance de la jeunesse malgache mise en lumière par l’iro­nie et la réflexion d’Ed­wardo Jaoma­zava.