C’est le moment de prendre la clef des champs. Voici nos bons plans pour s’éva­der et se culti­ver en famille.

 

Direc­tion l’Ar­dè­che…

Hisser les couleurs aux Vans

Programmé tous les deux ans, l’évé­ne­ment Dessin contem­po­rain & popu­laire invite une dizaine d’ar­tistes passion­nés d’arts graphiques qui ont choisi le trait comme mode d’ex­pres­sion. Venus de toute la France, ces dessi­na­teurs sont expo­sés cette année dans deux nouveaux lieux d’Ar­dèche méri­dio­nale : le musée des Vans et Graines de rencontres. Cette 4e édition fait la part belle aux femmes, avec entre autres Alexan­dra Arango et ses superbes illus­tra­tions, les compo­si­tions poétiques d’Agathe David qui suscitent la réflexion, les person­nages sensibles d’Anne Touquet, les gravures et textures subtiles de Sophie Lecuyer, les scènes de vie très colo­rées d’Élo­die Lascar et les histoires déli­cieuses de Violeta Lopiz. L’évé­ne­ment accueille égale­ment deux artistes dont nous aimons parti­cu­liè­re­ment le travail : Toma Dutter, qui célèbre la nature et trace des paysages d’une beauté déli­cate, et Jéré­mie Fischer, qui sera à l’hon­neur avec une expo­si­tion person­nelle autour de ses papiers décou­pés et ses ouvrages publiés.

Le samedi 9 avril sera ponc­tué de temps forts à vivre en famille : atelier décou­page animé par Jéré­mie Fischer (dès 6 ans), marché de la micro-édition, projec­tions du film d’ani­ma­tion Tout en haut du monde de Rémi Chayé (dès 7 ans), etc.

Dessin contem­po­rain & popu­laire. Du 8/04 au 28/05 aux Vans. Gratuit et ouvert à tous. http://dessin­con­tem­po­rai­net­po­pu­laire.blog­spot.fr

 

Faire de beaux rêves

C’est à Vagnas, dans le sud de l’Ar­dèche, à quelques kilo­mètres des Gorges et de la célèbre grotte Chau­vet, qu’Hut­to­pia vient d’ou­vrir son nouveau camping-nature. Comme toujours, le groupe lyon­nais créé par Céline et Philippe Bossanne a privi­lé­gié un site natu­rel de toute beauté, composé de quatorze hectares de forêts et de clai­rières, pour aména­ger un campe­ment au charme authen­tique. Ici, pas de béton­nage ni de défo­res­ta­tion, toutes les infra­struc­tures sont démon­tables et construites sur pilo­tis, pas de voitures non plus et des voies de circu­la­tion non goudron­nées, pour limi­ter l’im­pact du projet sur l’en­vi­ron­ne­ment et offrir aux vacan­ciers un tourisme respon­sable. Selon l’en­vie et le budget, diffé­rents héber­ge­ments sont propo­sés : des empla­ce­ments pour plan­ter sa propre tente ; des cana­diennes pour 5 personnes inspi­rées des tentes de trap­peurs, avec plan­cher en bois et vrais lits pour vivre l’aven­ture confor­ta­ble­ment ; des cahutes en bois brut équi­pées de cuisine et salle de bain au rez-de-chaus­sée et d’une toile de tente sous laquelle 5 personnes peuvent dormir à l’étage (idéal en famille) ; des roulottes roman­tiques avec salle d’eau et cuisine pour 4 personnes ; ou des cabanes en bois de 35 m2 avec terrasse, salle de bain, cuisine et deux chambres, pouvant accueillir 6 personnes. La formule idéale pour profi­ter des nombreuses acti­vi­tés de la région (la visite de la caverne du Pont-d’Arc est incon­tour­nable) et se ressour­cer dans un cadre apai­sant.

Hutto­pia Sud-Ardèche. Ouver­ture le 14/04. www.hutto­pia.com Tél. 04 37 64 22 35.

 

Rendre visite à nos ancêtres

En un an, plus de 600 000 visi­teurs du monde entier sont venus admi­rer la caverne du Pont-d’Arc. Cette magni­fique réplique de la grotte Chau­vet rend hommage aux premiers artistes de l’hu­ma­nité, qui ont repro­duit des centaines d’ani­maux, côtoyés il y a 36 000 ans. Nimbé de lumières tami­sées, le parcours guidé de 3 500 m2 donne à voir les ours des cavernes, rhino­cé­ros laineux, mammouths et autres félins peints à l’ocre rouge, gravés au silex, tracés au doigt ou au fusain par nos ancêtres. En complé­ment, la gale­rie de l’Au­ri­gna­cien dévoile le mode de vie des habi­tants. Un extra­or­di­naire voyage dans le temps.

La caverne du Pont-d’Arc. Montée du Razal, 07150 Vallon-Pont-d’Arc. 
Tél. 04 75 94 39 40. www.laca­ver­ne­du­pont­darc.org À 2h30 de Lyon. Navette gratuite depuis Vallon-Pont-d’Arc.

 

Descendre dans la grotte

Aussi spec­ta­cu­laire que féerique, la visite de l’aven d’Or­gnac, à – 121 mètres sous terre, révèle d’im­pres­sion­nantes concré­tions super­be­ment mises en lumière. Durant les vacances d’avril et les longs week-ends de mai, les anima­tions sur le thème de la préhis­toire sont l’oc­ca­sion de tester le tir de sagaies au propul­seur et de perfec­tion­ner sa tech­nique du feu sans briquet. Petit conseil : commen­cez par visi­ter la Cité de la préhis­toire avant de mani­pu­ler les silex, ça vous donnera une petite idée de ce qui vous attend.

L’aven d’Or­gnac. 07150 Orgnac – L’aven. Tél. 04 75 38 65 10. www.orgnac.com

 

Partir en safari

Croi­ser des girafes, des ours, des éléphants, des bisons à une 1 heure seule­ment de Lyon… c’est possible au Safari de Peaugres. Réparti sur 80 hectares, ce parc anima­lier, qui accueille 134 espèces issues de 5 conti­nents, ouvrira mi-avril une nouvelle plaine afri­caine. L’oc­ca­sion d’ap­pro­cher des zèbres, des anti­lopes et des gnous en liberté. Si une partie de la visite du parc s’ef­fec­tue à pied, le grand tour d’une heure se fait en voiture et réserve de belles émotions quand les animaux s’ap­prochent du véhi­cule. Pour admi­rer les croco­diles, serpents et grenouilles cachés dans la grande serre sous une végé­ta­tion luxu­riante, il vous faudra ouvrir l’œil. Le Safari propose aussi de se récon­ci­lier avec certains animaux nocturnes géné­ra­le­ment mal aimés. Instal­lées dans les souter­rains du manoir aux décors riches en sensa­tions, les chauves-souris et les chouettes vous semble­ront bien paci­fiques.

À Peaugres, il est possible, à certains moments de la jour­née, d’as­sis­ter, grâce à des baies vitrées, au travail des soigneurs et des vété­ri­naires. Quatre espaces immer­sifs permettent égale­ment de circu­ler au milieu des chèvres, des makis, des perroquets et aras, ainsi que des walla­bies. Une expé­rience inou­bliable pour les plus jeunes.

Sans oublier la prépa­ra­tion des repas dans la cuisine centrale, où chaque protégé dispose d’un menu appro­prié. Sachez que chaque année, pour nour­rir les 1 000 animaux du site, il faut prépa­rer 100 tonnes de fruits et légumes, 393 387 kg de four­rage, 33 484 kg de viandes, 7 650 œufs, 4 836 pots de yaourts, avec parfois de la confi­ture pour que certains acceptent de prendre leurs médi­ca­ments !

Safari de Peaugres. 07340 Peaugres. Tél. 04 75 33 00 32. www.safari-peaugres.com. Pour prépa­rer votre séjour en Ardèche : www.ardeche-tourisme.com

 

Direc­tion Cler­mont-Ferrand…

Croi­ser Vang Gogh et Cour­bet

Atten­tion événe­ment : le musée d’art Roger-Quilliot accueille la première expo­si­tion itiné­rante du musée d’Or­say. Monet, Gauguin, Cour­bet… au total, une quaran­taine d’au­to­por­traits d’ar­tistes phares du XIXe siècle ont pris place sur les cimaises. Autant de bijoux que l’on admire en prenant son temps. Plus rayon­nant qu’à l’ac­cou­tu­mée, le portrait de Van Gogh réalisé en 1887, dans un camaïeu de bleus et de verts, hypno­tise le regard tant il diffuse de lumière. C’est aussi l’oc­ca­sion de décou­vrir certains artistes sous un jour nouveau, comme le sculp­teur Carpeaux qui s’im­mor­ta­lise sans conces­sion à la fin de sa vie, en libé­rant sa pein­ture des conven­tions. D’autres noms moins célèbres se révèlent, tels Ernest Meis­so­nier, Alexis Axilette et l’élé­gante Clémen­tine-Hélène Dufau. Derrière chaque visage se cache une histoire que le visi­teur découvre avec éton­ne­ment. Gauguin, par exemple, se peint dans son atelier en mettant en scène ses propres créa­tions, puis fait cadeau de l’œuvre à son voisin pour lui témoi­gner son amitié. Les toiles expo­sées reflètent les diffé­rents courants artis­tiques qui se succèdent de 1848 à 1914, nous offrant au passage un concen­tré d’his­toire de l’art. Pour toutes ces raisons et l’émo­tion qui s’en dégage, l’ac­cro­chage mérite vrai­ment la visite en famille.

Auto­por­traits du musée d’Or­say. Jusqu’au 05/06 au MARQ, 45, rue Ballain­vil­liers, 63000 Cler­mont-Ferrand. http://musee­dart.cler­mont-ferrand.fr

Autour de l’ex­po­si­tion : parcours-jeu 3–5 ans et livret-jeu dès 6 ans dispo­nibles gratui­te­ment. Ateliers enfants pendant les vacances de Pâques.

 

Marcher sur un volcan

À une dizaine de kilo­mè­tresde Cler­mont-Ferrand se dresse le volcan mythique du puy de Dôme. Classé Grand Site de France, cet ancien lieu de culte des Gallo-Romains est un splen­dide belvé­dère. Pour gagner son sommet (1 465 m), deux possi­bi­li­tés : soit grim­per à pied en 45 minutes, soit emprun­ter le train élec­trique à crémaillère qui se faufile à flanc de montagne en dévoi­lant un pano­rama somp­tueux. Au sommet, vous en pren­drez plein les yeux : chaîne des Puys, plaine de la Limagne, massif du Sancy… le parc natu­rel régio­nal des volcans d’Au­vergne dévoile ses charmes à 360°.

L’en­droit idéal pour pique-niquer et s’oxy­gé­ner.

Rensei­gne­ment : www.pano­ra­mique­des­domes.fr. Trajet en train : 15 mn envi­ron. Parking gratuit au pied du site.

 

Jouer les petits Poucet

Si le ciel n’est pas assez dégagé pour grim­per au sommet du puy de Dôme, lancez-vous dans une randon­née cita­dine grâce aux itiné­raires bali­sés qui sillonnent le centre-ville (plans gratuits à l’of­fice de tourisme). À la manière d’un jeu de piste, les enfants s’amu­se­ront à repé­rer les médailles incrus­tées dans le sol qui jalonnent chaque circuit. Au gré des bâti­ments croi­sés, ils décou­vri­ront l’art gothique, l’art roman, les fontaines sculp­tées, etc. Bon à savoir : l’un des parcours passe par le musée d’art Roger-Quilliot.

Office de tourisme : place de la Victoire, 63000 Cler­mont-Ferrand. Tél. 04 73 98 65 00. Pour prépa­rer votre séjour à Cler­mont-Ferrand : www.cler­mont-fd.com

 

 Dossier réalisé par Blan­dine Dauvi­laire.