Le Centre d’his­toire de la Résis­tance et de la dépor­ta­tion a choisi d’abor­der la ques­tion des migrants à travers 11 points de vue d’ar­tistes contem­po­rains. Axée sur le thème du voyage en quête d’un monde meilleur, l’ex­po­si­tion se saisit du sujet avec pudeur et ouvre le regard du visi­teur.

Dans le hall, Barthé­lémy Toguo évoque l’épreuve de la traver­sée en recons­ti­tuant une embar­ca­tion surchar­gée. Dans ses photos, Mathieu Pernot capte les traces de vie lais­sées dans la « Jungle » de Calais ou immor­ta­lise des réfu­giés endor­mis, en attente de statut, deve­nus invi­sibles. Issus d’un atelier de carto­gra­phie parti­ci­pa­tive, des nappes brodées et des dessins réali­sés par des deman­deurs d’asile racontent la diffi­culté du voyage, la peur, le froid, la chance aussi.

À la fois docu­ment et jour­nal intime, le film de Patrick Zach­mann croise de manière émou­vante et univer­selle le destin de sa mère et celui des migrants fuyant le chômage ou la dicta­ture. La scéno­gra­phie très réus­sie permet d’en­trer plei­ne­ment dans les œuvres et d’en garder une trace grâce aux cartels déta­chables. Si vous avez des ados et qu’eux aussi rêvent d’un autre monde, faites un détour par le CHRD.

Blan­dine Dauvi­laire