Chaque week-end, à la belle saison, d’étranges oiseaux, à l’en­ver­gure déme­su­rée, tour­noient dans les cieux de Saint-Hilaire-du-Touvet, à quelques batte­ments d’ailes de Grenoble. Grande est la tenta­tion d’al­ler voir de plus près leurs plumes mais le chemin paraît long et abrupt. Pour­tant, depuis 1924, il existe un moyen aussi repo­sant qu’im­pres­sion­nant de gravir, sans effort, les quelque 750 mètres de déni­velé : le funi­cu­laire est la voie ferrée la plus pentue d’Eu­rope. L’ ascen­sion est verti­gi­neuse et les pano­ra­mas, splen­dides. 

A l’ar­ri­vée, les fameux vola­tiles sont là, une version moderne de ceux qu’on appe­lait jadis les “faucheurs de margue­rites”. Ils prennent leur élan depuis le plateau des Petites Roches qui est l’un des plus fameux spots de vol libre en France, où se déroule la Coupe Icare, le rendez-vous annuel de pilotes assez fous pour s’élan­cer, dégui­sés, sur d’im­pro­bables objets volants. 

Mais ici, il y en a pour tous les goûts !

Les gour­mands amateurs de farniente s’ins­tallent sur la terrasse du restau­rant Le Funi­cu­laire accro­chée à la montagne.Les flâneurs curieux peuvent emprun­ter, parmi moult itiné­raires, le parcours théma­tique sonore des Dioux, équipé de bornes audio contant l’his­toire du village et de son envi­ron­ne­ment. Les vété­tistes sont aussi à la fête. Inutile de monter avec sa petite reine sur le dos, les deux-roues sont accep­tés à bord du funi­cu­laire ; autre bonne nouvelle, on peut en louer sur place. 

Les amateurs de sensa­tions fortes se régalent sur les trois prin­ci­pales via ferrata souvent  verti­gi­neuses avec un passage au pied de l’im­po­sante cascade de l’Oule. Pour les jeunes intré­pides, “Le chemin de ronde” est un parcours à leur portée (dès 8 ans, durée : 3h). 

Les plus studieux font un détour par le labo­ra­toire d’Icare : espace muséo­gra­phique et inter­ac­tif de la gare haute du funi­cu­laire, dédié à l’air, à la gravité et au vol. Enfin, ceux qui souhaitent sortir des sentiers battus, suivront les traces de Thomas Minaud. Cet accom­pa­gna­teur en montagne propose des immer­sions origi­nales dans la nature, avec notam­ment du tir à la sarba­cane, des balades détec­tive, des chasses au trésor… Pour la pause goûter, un détour par le Gandi­nou, pour ses crêpes et ses galettes.

C’est l’heure de redes­cendre : les plus coura­geux empruntent le sentier du Pal de fer (durée : 1h30) qui offre un final très spec­ta­cu­laire. 

Par Vincent Jadot.