Juan, Sara et Samuel, trois adoles­cents du Guate­mala, n’ont qu’un rêve : accé­der à une vie meilleure aux États-Unis. Mais y parve­nir est un parcours semé d’em­bûches. De vol en maltrai­tance, ils vont rencon­trer sur leur route le pire et le meilleur. Ils seront racket­tés, arrê­tés par la police ou par des réseaux mafieux, déte­nus, violen­tés… mais ils feront aussi la connais­sance de Chauk, un jeune Indien du Chia­pas, au Mexique, qui ne parle pas espa­gnol mais qui a une connais­sance hors pair de la terre et une intui­tion très juste des humains. Grâce à lui, ils iront plus loin… 

Ce premier film signé de l’Es­pa­gnol Diego Quemada-Diez a été conçu comme l’au­rait été un docu­men­taire. Ce n’est qu’a­près avoir recueilli de très nombreux témoi­gnages de migrants clan­des­tins, qui ont quitté leur village et la pauvreté de l’Amé­rique latine pour tenter leur chance aux États-Unis, que Quemada-Diez a écrit son scéna­rio. Il a concen­tré sur les quatre jeunes person­nages du film les aven­tures de ceux qui se sont confiés à lui. Ensuite, il a laissé ses acteurs, des débu­tants, impro­vi­ser les scènes qu’il leur racon­tait. Le résul­tat est formi­dable, d’une vérité nue qui n’au­rait jamais été atteinte autre­ment et qui a valu au film d’être récom­pensé du prix Un certain talent à Cannes 2013. 

Véro­nique Le Bris