Un archéo­logue ne passe géné­ra­le­ment pas son temps à sauter d’un train ou dans un torrent en s’ac­cro­chant avec son fouet. Il préfère (se) plon­ger dans des recherches docu­men­taires, entre­prendre des fouilles minu­tieuses et analy­ser longue­ment le résul­tat de ses trou­vailles, pour ensuite les publier.

C’est ce que propose d’ex­pé­ri­men­ter, de façon ludique, le Musée gallo-romain, sur le site éphé­mère de son village archéo­lo­gique. Au programme : des ateliers autour de la théma­tique des jeux et des sports à l’époque où Lyon s’ap­pe­lait encore Lugdu­num. Une confé­rence sur la pompe à eau romaine sera égale­ment propo­sée par l’École centrale de Lyon. Pour clore cette petite forma­tion accé­lé­rée, les appren­tis archéo­logues se lance­ront dans une petite expé­di­tion sur le site des vestiges de l’aque­duc du Gier… sans danger.

Vincent Jadot