Dix ans après La Marche de l’em­pe­reur, le réali­sa­teur Luc Jacquet a repris le chemin de l’An­tar­c­tique où, 40 ans avant lui, Claude Lorius avait fait ses classes. 

En 1956, ce jeune étudiant s’em­barquait pour une expé­di­tion scien­ti­fique d’un an au pôle Sud. Malgré les diffi­cul­tés à vivre reclus sous terre par des tempé­ra­tures extrêmes, Claude Lorius est happé par ce conti­nent inex­ploré. Il lui consa­crera fina­le­ment sa vie, y retour­nant 22 fois pour des missions de recherches de plus en plus pous­sées. 
Au milieu des années 1980, il révèle au monde entier que la glace est un témoin essen­tiel de l’his­toire de l’hu­ma­nité. En la décryp­tant, il perçoit qu’elle contient des traces du dérè­gle­ment clima­tique et parvient à prou­ver que l’ac­ti­vité humaine en est la prin­ci­pale respon­sable. 
On doute de ses propos, mais l’ave­nir lui donnera raison. Claude Lorius revient ici sur son parcours de glacio­logue, sur sa fasci­na­tion pour l’An­tar­c­tique et sur la néces­saire ingé­nio­sité dont va devoir faire preuve l’homme pour déjouer les effets de ce qu’il a lui-même créé. 
Ce film, magni­fié par des images superbes du conti­nent glacé mais très clas­sique dans sa forme, est à la fois le portrait de ce scien­ti­fique vision­naire, le témoi­gnage de sa contri­bu­tion à la science et un docu­men­taire péda­go­gique sur l’in­dis­pen­sable modi­fi­ca­tion de notre compor­te­ment pour contrer les évolu­tions néfastes du climat. 
Bonus : Dans le prolon­ge­ment du film a été créé un programme péda­go­gique unique autour du climat : educa­tion.lagla­ceet­le­ciel.com. Il est en accès libre et gratuit, pour tout âge.
Véro­nique Le Bris