Cet été, le cirque est parti­cu­liè­re­ment à l’hon­neur au festi­val des Nuits de Four­vière. Cinq spec­tacles et trois chapi­teaux sont même regrou­pés au domaine de Lacroix-Laval à Marcy-L’Étoile pour créer un petit village circas­sien. Si toutes les repré­sen­ta­tions ne s’adressent pas aux enfants, celles de la compa­gnie Circus Ronaldo sont à voir en famille. Dans La cuccina dell’arte, les frères David et Danny Ronaldo multi­plient les clow­ne­ries en utili­sant tous les ingré­dients de la cuisine italienne à leur portée (dès 8 ans). Dans Fide­lis forti­bus, solo nette­ment plus nostal­gique, Danny Ronaldo tente de ressus­ci­ter les circas­siens dispa­rus grâce à des numé­ros qu’il rate admi­ra­ble­ment bien (dès 10 ans). 

De son côté, la compa­gnie Bêtes de foire invente un Petit théâtre de gestes où les balles et les chapeaux servent à jongler, tandis que les maté­riaux de récu­pé­ra­tion alimentent les  rêves (dès 8 ans). En complé­ment, chaque samedi à 11h, des apéros cirque se déroulent en présence des artistes, sans oublier les bals et concerts gratuits.

En ouver­ture du festi­val, la compa­gnie Les 7 doigts de la main présente Trip­tyque, spec­tacle moins ludique que leurs précé­dents opus, composé de 3 pièces mêlant cirque et danse sur des choré­gra­phies de Marie Choui­nard, Victor Quijada et Marcos Morau (dès 11/12 ans). La compa­gnie MPTA donne à voir Fenêtres puis Barons perchés. Enfin, dans un tout autre genre, la joyeuse bande de Patin libre explose les codes du pati­nage artis­tique et dévoile ses Verti­cal influences. De belles soirées en pers­pec­tive.

Blan­dine Dauvi­laire