Depuis les débuts du cinéma, Robin des Bois, héros de légende, a très souvent été mis en scène. De nombreux films, et à toutes les époques, ont vanté ses faits et méfaits et bâti la popu­la­rité de ce bandit au grand cœur qui spoliait les riches pour rever­ser aux pauvres, luttant ainsi contre la corrup­tion du fameux shérif de Nottin­gham.  

Ridley Scott propose sa version du person­nage. Il explique comment ce jeune archer de l’ar­mée royale a choisi de reve­nir en Angle­terre à la mort de Richard Cœur de Lion, tué en France. Robin Long­stride (de son vrai nom) découvre alors un pays appau­vri par les croi­sades, rongé par la corrup­tion et menacé par les Français. Auprès de la belle Marianne, il va avoir à cœur de rame­ner la justice et une certaine richesse et scel­lera ainsi les bases de l’An­gle­terre moderne.  

À forte ambi­tion, Ridley Scott répond par une grande fresque histo­rique, riche de batailles percu­tantes et de descrip­tions sociales et poli­tiques perti­nentes. Rien à voir avec les romances habi­tuelles, là, c’est à la vraie nais­sance d’un héros que l’on assiste, avec ses forces et ses faiblesses. Du grand spec­tacle pour éclai­rer une légende en train de naître. 

Véro­nique Le Bris

Article paru dans Grains de Sel n°57, Mai 2010.