Mimiko est orphe­line et sa grand-mère, qui l’a recueillie, doit s’ab­sen­ter pour quelques jours. La petite fille va donc se débrouiller seule. Ce qui ne l’inquiète pas du tout. Au contraire. En rentrant chez elle, Mimiko comprend vite qu’elle a eu de la visite. Un grand panda et son fils Pandi se sont instal­lés dans son jardin, atti­rés par de succu­lents bambous. Elle les accueille à bras ouverts, ravie de s’être trouvé un papa et un enfant dont elle s’oc­cupe comme une maman. Pour­tant, Pandi fait beau­coup de bêtises.
Un dessin animé de Hayao Miya­zaki, qui n’est inter­venu ici que pour le scéna­rio, est toujours attendu. Celui-ci, découpé en deux films, le second étant inspiré de l’his­toire de Boucle d’Or et les trois ours, date de 1972. On recon­naît pour­tant sa patte, huma­niste, son combat contre la norme, son goût pour les rela­tions inter­gé­né­ra­tion­nelles, le tout dans une bonne humeur qui a disparu dans ses films plus récents. L’hé­roïne, elle, reste dans la grande tradi­tion de son œuvre : joyeuse, battante, déter­mi­née, intel­li­gente, bref, terri­ble­ment atta­chante. Impos­sible que les enfants lui résistent !

Véro­nique Le Bris


Consul­ter les horaires