La choré­gra­phie amène le public à se pencher sur la partie immer­gée et hors de contrôle du cerveau : l’in­cons­cient et les émotions.