On retrouve avec gour­man­dise Pat et Mat, nos brico­leurs marteaux et leur fameuse devise : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? »  Pat et Mat partagent toujours leur char­mante maison et des idées aussi farfe­lues que rigo­lotes, dès qu’il s’agit d’amé­lio­rer l’or­di­naire. S’ils décident de jouer aux échecs, ils vont s’ins­tal­ler sur le toit de la grange, au soleil, mais sans para­sol, de jour comme de nuit, mais sans lumière. S’ils achètent un cactus, ils imaginent tout un stra­ta­gème pour ne pas être piqués. S’ils font du carre­lage, ils ne s’em­bar­rassent d’au­cune mesure et quand ils pressent des oranges, cela finit avec une véri­table usine à gaz !

La vie quoti­dienne est pour eux une suren­chère de propo­si­tions absurdes toujours origi­nales et inat­ten­dues, qu’ils gèrent avec un flegme exem­plaire. 

Le déca­lage entre leur humeur constante et les situa­tions rocam­bo­lesques qu’ils vivent est vrai­ment drôle. Des cinq petits films propo­sés ici et signés du tchèque Marek Benes, c’est sans doute Le Vélo d’ap­par­te­ment qui est le plus abouti. Déçus que le paysage soit toujours le même, Pat et Mat unissent leur imagi­na­tion sans limites pour que le vélo d’ap­par­te­ment ne soit pas aussi statique qu’il en a l’air. Sinon, à quoi bon péda­ler ? Courez donc voir ce qu’ils ont entre­pris pour chan­ger le décor ! 

Véro­nique Le Bris