«  Il est inter­dit de ne pas toucher  », voilà la seule consigne à respec­ter au sein de l’ex­po­si­tion inter­ac­tive Mondo Minot 2. Après une première édition en 2012 qui avait cartonné, La Rotonde présente une toute nouvelle version de Mondo Minot. Haut lieu de vulga­ri­sa­tion scien­ti­fique à forte teneur ludique, le CCSTI La Rotonde dédie cette expo­si­tion aux curieux de 2 à 7 ans, classe d’âge souvent négli­gée dans la trans­mis­sion d’une culture scien­ti­fique. En compa­gnie de deux person­nages mascottes, Capu­cine et Lilian, l’ex­po­si­tion invite les enfants à s’aven­tu­rer, sur 200 m2, entre imagi­naire et expé­ri­men­ta­tions. «  Plus de 50 acti­vi­tés leur sont propo­sées dans une scéno­gra­phique immer­sive. Il n’y a aucun panneau expli­ca­tif, les maîtres mots sont la mani­pu­la­tion et l’éveil des sens. Les enfants sont accueillis dans le décor d’une chambre. Après avoir ouvert la porte du placard, ils vont accé­der succes­si­ve­ment à quatre univers pour décou­vrir le monde », explique Théo Drieu, l’un des commis­saires de l’ex­po­si­tion.

Le parcours propose d’abord aux enfants d’ap­pré­hen­der le monde de la lumière. À l’aide d’un projec­teur, ils vont jouer avec des ombres, des formes et des couleurs. À l’es­pace débrouille, un grand défi collec­tif les attend : fabriquer la construc­tion la plus haute possible avec des briques géantes, des tubes magné­tiques et autres maté­riaux. Dans un décor sauvage de lianes et de fougères, le troi­sième espace convie les petits explo­ra­teurs à obser­ver à la loupe des insectes, des miné­raux et des végé­taux. Ils pour­ront aussi iden­ti­fier des sons d’ani­maux ou s’amu­ser avec les quatre saisons. Rendez-vous enfin sous la yourte, pour prolon­ger le plai­sir de la décou­verte en écou­tant des contes et des histoires.

Aude Spil­mont