Depuis la nuit des temps, les cigognes apportent les bébés jusqu’au berceau fami­lial… Jusqu’au jour où la livrai­son d’autres colis est deve­nue plus rentable. Tulip, la jeune héroïne de l’aven­ture n’a jamais été livrée. Elle vit depuis 18 ans avec les cigognes, et provoque catas­trophe sur catas­trophe. L’aven­ture commence quand elle reçoit la lettre de Nate, un enfant délaissé par ses parents trop occu­pés à travailler. 

Film d’ani­ma­tion musclé et dyna­mique, Cigognes & compa­gnie offre un récit sans temps mort, parsemé de moments d’émo­tion et surtout doté d’un double niveau de lecture pour inté­res­ser autant les enfants que leurs parents. Diffi­cile de ne pas être séduit par cette histoire revi­si­tée du mythe de la cigogne et des bébés. L’idée est assez origi­nale et fédé­ra­trice pour plaire à tout le monde d’au­tant qu’elle est racon­tée avec pas mal d’hu­mour. Même le dessin qui force un peu le trait est amusant. 

L’aven­ture aurait toute­fois gagnée à être narrée plus posé­ment, sans ces accé­lé­ra­tions soudaines et fati­gantes, et en s’ap­puyant sur un scéna­rio plus limpide. 

Véro­nique Le Bris