Il y a deux ans avaient déboulé avec grand fracas Solan, Ludvig et Feodor, des person­nages hauts en couleur qui se battaient afin qu’il tombe De la neige pour Noël.

Adap­tés des livres illus­trés de Kjell Aukrust, très popu­laires en Norvège, ces héros aux carac­tères bien trem­pés reviennent pour une nouvelle aven­ture, celle de La grande course au fromage. Solan, l’in­tré­pide corbeau qui se voit cham­pion de tout, défie le village voisin et lui propose de relan­cer une course ances­trale. À son issue, l’une des deux loca­li­tés assiéra sa supré­ma­tie sur l’autre. Solan y croit telle­ment qu’il va jusqu’à parier la maison et l’ate­lier de Feodor, le génial inven­teur/brico­leur. La course est diffi­cile. Elle consiste à porter le plus rapi­de­ment possible un fromage d’un village à l’autre en traver­sant des paysages escar­pés, des montagnes, des lacs, etc… Un parcours plein d’em­bûches au long duquel tous les coups sont permis.

Cette aven­ture chahu­tée sera l’oc­ca­sion de révé­ler le carac­tère de chaque parti­ci­pant. Et Solan, malgré son incon­tes­table leader­ship, devra compo­ser avec la timi­dité et le pessi­misme de Ludvig, et comp­ter sur l’in­gé­nio­sité et la sagesse de Feodor pour espé­rer l’em­por­ter. Y parvien­dra-t-il ?
Mené tambour battant et avec une qualité d’ani­ma­tion irré­pro­chable, ce deuxième volet des aven­tures de Solan n’a pas la fraî­cheur du premier… et son enjeu semble moins crucial. Mais, les person­nages, eux, méritent qu’on s’y attarde.

Véro­nique Le Bris


Consul­ter les horaires