Anouk a 14 ans. Comme tous les collé­giens de troi­sième, elle a l’obli­ga­tion de faire un stage d’ob­ser­va­tion en entre­prise. Elle se retrouve pour une semaine dans la compa­gnie d’as­su­rance où travaille sa mère. La DRH l’af­fecte au service de deux pestes qui lui donnent pour mission de ranger un placard. Ce sera pour­tant un poste d’ob­ser­va­tion idéal pour saisir le fonc­tion­ne­ment d’une société : les humi­lia­tions, les fausses accu­sa­tions, les commé­rages, les atten­tions parta­gées, la manière dont sont trai­tés les stagiaires bien sûr… Par hasard et par empa­thie, Anouk va même mettre le doigt sur une vaste arnaque dans laquelle a trempé sa mère. Elle va aussi vite comprendre qu’une des règles majeures de la vie en entre­prise est celle du silence.
C’est la première fois qu’un film aborde la théma­tique des stages de troi­sième et de la façon dont les collé­giens sont trai­tés. Même s’il le fait avec élégance, Marc Fitoussi désen­chante le monde du travail actuel et celui de l’en­tre­prise. Mais, comme il le faità travers les yeux d’Anouk, son regard critique reste, pour nous spec­ta­teurs, celui d’une adoles­cente un peu en rébel­lion contre le système. C’est malin mais pas autant que cette petite Anouk qui, en quelques jours, comprend à la fois les enjeux d’une entre­prise, ceux du monde de l’as­su­rance et le dilemme dans lequel sa mère a dû évoluer. Mais, l’in­trigue est menée avec un tel sens de l’ob­ser­va­tion que le film reste tout du long hale­tant et inté­res­sant.

Véro­nique Le Bris


Consul­ter les horaires