Cette année, le Disney de Noël quitte l’uni­vers doré des prin­cesses pour prendre le large. Vaiana est la fille du chef d’une île de Poly­né­sie. Elle se prépare à prendre sa suite. Son peuple a besoin d’elle : ses terres sont dévas­tées par d’étranges brûlures et ses filets rentrent vides de la pêche. Vaiana est atti­rée par la mer et rêve de fran­chir la barrière de corail qui entoure son île. Mais son père l’en empêche et lui impose d’as­su­mer ses respon­sa­bi­li­tés. 
Ce qu’elle ignore encore, c’est que c’est en suivant son envie, en se jetant à l’eau qu’elle parvien­dra à chan­ger la desti­née de son île. Car Vaiana est une élue, celle à qui la pierre d’une déesse a été confiée pour être à nouveau portée dans son cœur. 
L’exo­tisme de la nouvelle héroïne Disney fait plai­sir à voir. Jolie mais plus plan­tu­reuse qu’à l’ha­bi­tude, Vaiana est dotée de vertus posi­tives inté­res­santes. Elle est libre, aven­tu­rière, déter­mi­née, aidée par le pouvoir de la mer. Face à elle, le demi-dieu Maui, d’abord présenté comme un lour­daud égoïste, s’af­fine au fil de l’aven­ture incroyable et surna­tu­relle qu’ils vont vivre ensemble. Les décors, le lagon, la forêt luxu­riante qui s’as­som­brit d’un coup, sont beaux et animés de trou­vailles amusantes. Comme les tatouages de Maui qui prennent vie en repré­sen­tant à la fois ses émotions et sa conscience. Nul doute que Vaiana réus­sira sa mission et tant mieux. Elle renou­velle les héroïnes Disney en susci­tant la curio­sité et en parve­nant à atti­ser le goût de la décou­verte. 

Véro­nique Le Bris