Avec Le Cri, le choré­graphe repousse toujours plus loin les limites du corps et sous la contrainte, celui-ci se révolte. Le public se ques­tionne alors sur sa résis­tance, son inté­grité, comment les événe­ments, les soulè­ve­ments le contraignent et le boule­versent.