Ce soir, à Moshimo, une petite ville au bord de la mer, aura lieu le grand feu d’ar­ti­fice annuel. Au collège, tout le monde s’y prépare et s’in­ter­roge sur la forme qu’au­ront les fusées proje­tées : seront-elles rondes ou plates ? La belle Nazuna, quant à elle, a la tête ailleurs. Elle met au défi Nori­chimi et Yuzuke, deux garçons amou­reux d’elle, pour choi­sir celui qui l’ac­com­pa­gnera au spec­tacle pyro­tech­nique. Nori­chimi gagne mais Yuzuke découvre le secret de la jeune fille. Sera-t-il capable pour lui plaire d’in­ver­ser le cours du temps ? Malgré son style pop propre au manga, Fire­works est avant tout un grand film roman­tique sur les amours adoles­centes. L’his­toire est empor­tée, passion­nelle et mise même sur une superbe chan­son pour faire chavi­rer les cœurs. Nazuna est une séduc­trice malheu­reuse, et ses deux préten­dants, même s’ils sont amis dans la vie, corres­pondent chacun à un style de garçon ado parti­cu­lier : le beau gosse leader de bande et le sensible atten­tionné. L’atout majeur de ce film est sa parti­cu­la­rité à se dérou­ler sur une seule jour­née mais de manière répé­ti­tive. Et de tout recom­men­cer diffé­rem­ment à chaque fois qu’une balle est lancée. Et si Yuzuke parve­nait à chan­ger le destin de Nazuna ?  

 

par Véro­nique Le Bris