Depuis que sa maman est morte, Léo est élevé par son père, un scien­ti­fique perché et égoïste qui ne vit que dans l’at­tente de l’ar­ri­vée des extra­ter­restres. D’ailleurs, il l’a prouvé : ils arrivent ! Mais c’est Léo qui va tomber sur eux, au moment même où il est menacé d’être confié à un foyer afin qu’on s’oc­cupe mieux de lui. Les aliens, de rigo­los person­nages très colo­rés qui peuvent prendre forme humaine, vont l’ai­der à chan­ger le cours des choses. Ce dessin animé au design contrasté mais clas­sique est un ingé­nieux mélange d’hu­mour, d’aven­ture, de science-fiction et de comé­die. Dans l’en­vi­ron­ne­ment plutôt banal d’une banlieue améri­caine, avec de belles maisons et des rela­tions de voisi­nage au cordeau, les joyeux extra­ter­restres mettent une pagaille sympa­thique en détour­nant les codes habi­tuels. Et comme souvent, il suffit de déran­ger un peu l’ordre des choses pour que tout se remette à la bonne place. Léo va donc retrou­ver l’at­ten­tion qu’il mérite, mais le chemin parcouru pour y parve­nir est sacré­ment origi­nal, complè­te­ment dingue même. Et si le récit est si peu formaté, c’est sans doute parce que c’est un premier film, produit en Europe, en Alle­magne, au Luxem­bourg et au Dane­mark, loin du confor­misme améri­cain donc.

 

Par Véro­nique Le Bris

Durée : 1h25 • Sortie : 9 mai