Le reste de l’an­née, Avignon n’est rien qu’une petite ville de province comme les autres, rendue célèbre par son pont où, si l’on en croit la chan­son, nombre de pas de danse s’y sont succédé. Mais durant trois semaines au mois de juillet, la cité forti­fiée se trans­forme litté­ra­le­ment et devient le coeur battant du spec­tacle vivant en Fran­ce…

Ses murs sont tapis­sés d’af­fiches de spec­tacles de haut en bas, tant est si bien que les revê­te­ments qui les habillent en temps normal sont relé­gués au second plan. Les rues, elles, se réveillent à mesure que le jour avance et se peuplent d’ar­tistes, agréables rabat­teurs, qui par de belles paroles ou de beaux gestes invitent les badauds à décou­vrir leurs créa­tions. Des spec­tacles, on peut d’ailleurs en voir à tout moment de la jour­née, de 9h à minuit, dans les innom­brables lieux qui accueillent le festi­val In et Off. Les salles qui programment des spec­tacles jeune public se comptent par dizaines, et bien que le théâtre soit la disci­pline reine du festi­val, il est aussi possible d’as­sis­ter à des spec­tacles de danse et même de cirque sous chapi­teau sur les îles de Piot ou de la Barthe­lasse.

Des cigales dans la four­mi­lière

Il est midi, le chant des cigales bruit déjà sur les places et la chaleur rythme la lenteur des pas. Heureu­se­ment, la ville four­mille de terrasses ombra­gées où faire escale. Certaines secrètes et discrètes, comme celle du théâtre des Doms ou de La Manu­ten­tion qui jouxte le cinéma Utopia, d’autres plus animées comme sur la place des Carmes ou des Corps Saints. C’est notam­ment sur cette dernière qu’il faudra vous rendre si vous avez une furieuse envie de glace, celles de La Prin­cière valent le détour. À tout moment de la jour­née les jardins perchés du rocher des Doms, à deux pas de l’im­po­sant palais des Papes, offrent une halte loin du tumulte, propice aux siestes et lectures sous les arbres. Un moment suspendu avant de retrou­ver les ruelles animées, à l’image de la pitto­resque rue des Tein­tu­riers, qui à elle seule cris­tal­lise l’am­biance festive qui sourde entre les remparts, notam­ment à la tombée du jour. Que l’on soit un fervent amateur de spec­tacles vivants ou novice en la matière, une échap­pée à Avignon durant le festi­val reste une expé­rience singu­lière à tester abso­lu­ment. On parie que vous allez adorer. Et que vous y revien­drez.

avignon-tourisme.com

Festi­val d’Avi­gnon In : festi­val-avignon.com

Festi­val d’Avi­gnon Off : avignon­leoff.com