Dans un décor qui pour­rait être celui d’une maison de poupées, des enfants jouent en toute liberté. Ils n’ont peur ni de s’ai­mer, ni de se dispu­ter, empor­tés par la spon­ta­néité de leurs senti­ments, sans savoir dire s’il s’agit d’amour ou de haine. Et s’ils ont conscience de la douceur d’un câlin, de la force du désir ou de la tragé­die de l’aban­don, ils ne prennent pas la mesure du temps qui file. Puis soudain, 60 ans ont passé. Les enfants sont deve­nus de vieilles personnes, avec des mots plein les poches, qui en tombent comme des fleurs fanées. Pourquoi donc, main­te­nant qu’ils savent nommer l’amour, conti­nuent- ils de se dispu­ter ?

La compa­gnie basque Marie de Jongh a l’art de monter des pièces sans paroles, où priment le geste et l’émo­tion. Leur dernier spec­tacle, Amour, parle du plus beau sujet qui soit : l’amour, avec un grand A. Portant des masques qui les font ressem­bler à des poupées, les comé­diens s’agitent avec la vita­lité brouillonne des enfants, avant de ralen­tir le rythme et d’adop­ter la démarche fati­guée de personnes âgées. En racon­tant des histoires d’amour et de désa­mour, entre un homme et une femme, entre deux frères, Amour se demande aussi pourquoi on rejette certaines personnes alors qu’un rien peut nous les faire appa­raître comme indis­pen­sables. D’une déli­ca­tesse inouïe, ce théâtre d’adultes pour enfants – ou inver­se­ment – va droit au coeur.

Amour, du vendredi 12 au lundi 31 décembre. Théâtre des Céles­tins, 4 rue Charles Dullin, Lyon 2e. Tél. 04 72 77 40 00. Tarifs : de 9 à 38€. Durée : 1h15. thea­tre­des­ce­les­tins.com 

/ Clarisse Bioud et Romain Desgrand