Pour cette rubrique éphé­mère publiée jusqu’en décembre, nous avons retrouvé des enfants qui ont posé en une de Grains de Sel dès les débuts de sa diffu­sion. Ces filles et ces garçons, aujourd’­hui adoles­cents ou jeunes adultes, forment la géné­ra­tion Grains de Sel. Ce mois-ci, Galla, éprise de justice et Pari­sienne dans l’âme, s’est prêtée au jeu du ques­tion/réponse.

Qui es-tu, Galla ?

J’ai 14 ans et je suis en 4e au collège Belle­combe, dans le 6e arron­dis­se­ment où j’ha­bite.

Qu’aimes-tu faire dans la vie ?

Je fais de l’ath­lé­tisme depuis deux ans à l’AS Caluire, avec deux entraî­ne­ments par semaine et des compé­ti­tions une à deux fois par mois. J’aime le saut en longueur, les haies et le 100 mètres. Avant cela, j’ai fait 7 ans de viole de gambe au Conser­va­toire. Je n’ai­mais pas du tout ça, c’était plus une obli­ga­tion qu’autre chose, pour mes parents… Sinon, j’aime bien la mode. Je regarde souvent, sur les réseaux sociaux, les tenues des diffé­rentes célé­bri­tés, et surtout leurs chaus­sures car je suis une fan de baskets !

Te souviens-tu de cette séance photo pour Grains de Sel, en 2013 ?

Ah oui ! Norma­le­ment, on devait être trois. Mais le premier petit garçon a voulu rester avec sa mère. On a fait quelques photos avec le deuxième, mais c’est celle où je suis toute seule qui a été gardée. Je portais un collier de feuilles qui grat­tait un peu.

Comment a réagi ton entou­rage à la paru­tion du maga­zine ?

Je n’en avais pas parlé à mes amis, mais comme il était en libre-service un peu partout, ils l’ont su. Ils m’ont dit des choses comme « Oh, tu es trop chou sur la photo ! »

Tu avais alors 8 ans. Quel métier rêvais-tu de faire à l’époque ?

Je voulais être nounou. J’ado­rais jouer à la poupée, j’ai même joué très tard. Après, j’ai eu envie d’être préfète mais j’ai pensé qu’il y avait trop de contraintes. Puis j’ai voulu être pédiatre mais les piqûres, ce n’est pas pour moi !

Et aujourd’­hui ?

Commis­saire aux comptes ! J’ai toujours aimé les chiffres et ce qui touche au droit. J’aime que les choses soient carrées et justes. Les métiers d’avo­cat et de juge d’ins­truc­tion me
tentent bien aussi. Récem­ment, j’ai répondu à un test sur Inter­net pour savoir ce que je pour­rais faire plus tard, et j’ai eu 15/15 sur tout ce qui était droit et gestion. J’ai regardé les diffé­rents métiers qui corres­pon­daient, avec les études et les salaires, parce que ça compte quand même !

Tu aimes vivre à Lyon ?

Je suis pari­sienne : je suis arri­vée à Lyon à l’âge de 3 ans. Je n’ai qu’une envie, c’est de retour­ner à Paris, d’ailleurs j’y vais dès que je suis en vacances. Pour moi, Paris c’est la ville par excel­lence. À Lyon, j’aime bien la Presqu’île, la Croix-Rousse et les Pentes qui sont comme un village. Lyon est une belle ville, mais je ne me vois pas y vivre.

Alors, où te vois-tu dans dix ans ?

Je vais faire mes études à Lyon pour rester avec mes parents. Mais après je cher­che­rai un travail à Paris. Et si ce n’est plus une ville agréable à vivre, j’irai peut-être à Madrid ou à Turin.

_________


Belle plante

Rien ne s’est passé comme prévu pour la prise de vue de ce numéro 88, daté de novembre 2013. D’abord la météo n’était pas de la partie, obli­geant l’équipe Grains de Sel à aban­don­ner le projet de shoo­ter au parc Blan­dan pour venir s’abri­ter à la Part- Dieu. Ensuite, le petit garçon qui devait poser avec Galla a déclaré forfait. La photo, signée Xavier Schwe­bel, n’en est peut-être que plus forte, à l’image du regard percu­tant de la fillette parée, pour l’oc­ca­sion, d’un collier de feuilles.

/ Clarisse Bioud