La nouvelle édition de la Bien­nale d’art contem­po­rain s’ins­talle dans les immenses usines Fagor-Brandt, avec à la clef encore plus d’ar­tistes à décou­vrir. Pour se repé­rer dans ce foison­ne­ment créa­tif, Grains de Sel a sélec­tionné des œuvres acces­sibles aux enfants et qui prouvent que l’art contem­po­rain peut aussi être ludique.

Pour les petits scien­ti­fiques

Fini les statues taillées dans le granit ou coulées en bronze pour l’éter­nité, aujourd’­hui les sculp­tures prennent vie. C’est ce que montrent deux artistes, en intro­dui­sant dans leurs créa­tions des bacté­ries qui font évoluer les maté­riaux au fil du temps. Isabelle Andries­sen crée ainsi des « maté­riaux zombies » en faisan­tin­te­ra­gir diffé­rentes matières avec des bacté­ries qui les font fondre ou se tordre, sans que l’ar­tiste n’ait aucune prise sur le résul­tat final. Thomas Feuer­stein, lui, s’ap­pro­prie le mythe de Promé­thée pour déli­vrer le malheu­reux. Des bacté­ries grignotent une statue en marbre repré­sen­tant le voleur de feu suppli­cié par un aigle qui lui dévore le foie alors qu’en paral­lèle, ces mêmes bacté­ries nour­rissent un foie arti­fi­ciel… Mieux que le docteur Fran­ken­stein !

Pour les fans de robots

Les œuvres de la Bien­nale conti­nuent de s’ani­mer, mais cette fois grâce à la méca­nique. Mira Lee crée ainsi des sculp­tures moto­ri­sées, à la fois orga­niques et arti­fi­cielles, alors que Trevor Yeung habille la façade du parking des Corde­liers avec des palmiers rota­tifs, dansant dans des jeux d’ombre et de lumière. Mais le spec­tacle le plus complet devrait être celui de Fernando Palma Rodri­guez. L’ar­tiste mexi­cain s’ins­pire de sa culture d’ori­gine, dans laquelle les objets sont consi­dé­rés au même titre que des personnes, pour créer un petit théâtre animé mettant en scène des robes d’en­fants, des fers à repas­ser et des mains qui applau­dissent. Une instal­la­tion qui rend hommage au passé des usines Fagor-Brandt, lorsque les ouvriers y fabriquaient des machines à laver.

Pour les appren­tis graf­feurs

Si l’évé­ne­ment fait la part belle aux instal­la­tions, on trouve aussi quelques œuvres pictu­rales inspi­rées du street art ou du graphisme. Tels les mots géants de Stephan Powers qui devraient s’éta­ler sur les murs des usines, comme autant de lettres d’amour à la ville, ou les logos des entre­prises parte­naires de la Bien­nale qu’Ai­guirre Schwarz, maître du post-graf­fiti, s’em­pres­sera de détour­ner. Puisant aussi bien dans les cartoons que dans la culture hip-hop ou le graph, Nina Chanel Abney va, quant à elle, recou­vrir la façade du Musée d’art contem­po­rain d’une grande fresque colo­rée.

Pour les rêveurs

D’autres artistes mettent un pied dans la science-fiction, comme Sam Keogh qui imagine des univers futu­ristes dans lesquels l’in­va­sion d’es­pèces végé­tales évoque la catas­trophe écolo­gique. Shan Moul­ton, elle, est passion­née par le cosmos, l’éso­té­risme et… le télé-achat ! À l’aide de télé­trans­met­teurs et d’or­go­nite, un objet censé rééqui­li­brer les éner­gies, elle a construit un « portail de l’oracle », installé rue du Président- Carnot, et qui se dédouble aux usines Fagor-Brandt afin de créer une fausse télé­trans­por­ta­tion comme dans La Porte des étoiles. Enfin, Abra­ham Poin­che­val nous invite à marcher litté­ra­le­ment sur les nuages grâce à une vidéo-projec­tion. De quoi faire rêver les plus jeunes comme leurs parents.

__________

15e Bien­nale d’art contem­po­rain, du mercredi 18 septembre 2019 au dimanche 5 janvier 2020. Du mardi au vendredi de 11h à 18h, le week-end de 11h à 19h. Tarifs : 9 et 16€, gratuit – 15 ans.

  • Atelier Fa-Fa pour enfants de 6 à 10 ans, le samedi à 15h et pendant les vacances scolaires, les jeudi, vendredi, samedi à 15h. Durée : 2h30. Tarif : 10€.
  • Atelier Fa-Fa-Fa (adulte + enfant de 6 à 10 ans) : dimanches 13 octobre, 17 novembre, 15 décembre, 5 janvier à 15h. Durée : 2h30. Tarif : 10€/ personne.
  • Visite fago­ris­tique pour enfants de 3 à 5 ans, pendant les vacances scolaires, du mardi au dimanche à 11h15. Tarif : 10€.
  • Visite complice (adulte + enfant de 6 à 11 ans) : les samedi et dimanche à 14h30 aux Usines Fagor et à 15h30 au Mac, du mardi au vendredi à 14h30 dans les deux lieux pendant les vacances scolaires. Tarifs : 5€ + billet d’en­trée adulte.

Programme complet sur bien­na­le­de­lyon.com

Par Caro­line Sicard