Rien ne remplace une séance de cinéma gran­deur nature. Mais en atten­dant que les salles rouvrent le 22 juin, Grains de Sel vous livre ses trois coups de cœur à voir en VOD et en famille, lovés dans son canapé.

L’Ex­traor­di­naire Voyage de Marona

Autant le révé­ler tout de suite puisque le film débute ainsi : son héroïne canine, Marona, va mourir. Et comme il est coutume de le dire, elle voit défi­ler sa vie devant elle. Et nous, spec­ta­teurs, décou­vrons un superbe film d’ani­ma­tion. Née des amours inter­dites d’un dogue de bonne famille et d’une jolie bâtarde, la petite chienne décide, en tant que neuvième chiot de la portée, qu’elle s’ap­pelle Neuf. Mais son nom chan­gera au gré des maîtres et maîtresses qui la recueille­ront : un acro­bate rieur, un ouvrier au grand cœur et une petite fille maline qui après l’avoir bapti­sée Marona, l’ac­com­pa­gnera jusqu’à son dernier souffle.

Baigné de mélan­co­lie, le film d’Anca Damian ose ne pas cher­cher à plaire à tout prix aux enfants. Mais son sublime univers graphique, qui lorgne du côté de Chagall, séduira les amou­reux de la couleur et de la poésie.

→ Durée : 1h32, dès 7 ans • Dispo­nible sur plusieurs plate­formes à partir de 4,99€.

© DR

L’Ap­pel de la forêt

Entre le barbu Harri­son Ford et le bon gros chien qui sert de héros à cette adap­ta­tion du roman de Jack London, on ne sait dire lequel des deux a le plus de poils… Mais une chose est sûre : un seul est vrai, et c’est Harri­son ! Car depuis le succès du Roi Lion en « images réelles », Holly­wood s’est fait une spécia­lité de l’image de synthèse. Même les fleurs et le soleil couchant sur les sublimes paysages de l’Alaska sont ici conçus sur ordi­na­teur, tout comme les pois­sons qui gigotent sous l’eau.

Ça perd en authen­ti­cité, mais n’en­lève rien aux péri­pé­ties de ce bon toutou qui, élevé dans une riche famille cali­for­nienne, est enlevé pour deve­nir un chien de trai­neau maltraité par des cher­cheurs d’or à la fin XIXe siècle. Un conte initia­tique pour conju­rer la violence des humains face à l’in­no­cence du monde animal, où le diver­tis­se­ment ne manque jamais à l’ap­pel. 

→ Durée : 1h40, dès 9 ans • Dispo­nible sur plusieurs plate­formes à partir de 4,99€.

© DR

Les Filles du Docteur March

En pleine Guerre de Séces­sion aux États-Unis, Meg rêve d’un mariage d’amour et de fonder une famille, Amy peint et aime en secret le soupi­rant écon­duit de sa sœur Jo, laquelle veut gagner son indé­pen­dance en écri­vant des romans, tandis que la douce Beth est une pianiste virtuose au cœur trop fragile.

Voici Les Filles du Docteur March, un clas­sique de la litté­ra­ture, maintes fois adapté sur grand écran, mais passé ici sous la patte bran­chée de Greta Gerwig, figure de proue du cinéma d’au­teur new-yorkais. Avec des person­nages atta­chants en costumes d’époque, de beaux paysages d’hi­ver, ce qu’il faut d’his­toires d’amour et de larmes, la réali­sa­trice joue à fond la carte du roma­nesque. Ce qui devrait plaire aux esprits fleur bleue.

D’autres seront sensibles au message fémi­niste qui traverse le film et s’in­carne dans le person­nage de l’in­tré­pide Jo. Mais ce que l’on aime le plus dans ce film c’est la façon dont la réali­sa­trice rend palpable l’ef­fer­ves­cence bien­heu­reuse et babilleuse des rela­tions entre sœurs, campées par des actrices brillantes de natu­rel dont Emma Watson, éter­nelle Hermione d’Harry Potter, et Saoirse Ronan, désor­mais inou­bliable Jo.

→ Durée : 2h15, dès 11 ans • Dispo­nible sur plusieurs plate­formes à partir de 4,99€.

© DR

Par Clarisse Bioud, Luc Hernan­dez et Caro­line Sicard